Chapelle Rayonnante Nord

Jeanne de France, au nom qui me chante si clair, j’entends sonner ta voix d’argent par le village, là-bas…

Je vois tes yeux de ciel, je vois ta bouche nue, et deux roses de sang fleurir à ton visage de mai.

Et tu ris au soleil avec ta gorge claire comme font les chansons de mésange au village, joyeuses.

Deux colombes d’amour dessus ta gorge nue, et la douceur, et la douceur de ton visage me chantent !

Gaston Foubert “Rêverie devant Jehanne près de la cathédrale de Reims en 1917”. Le Pampre n°24, 1926.


Jehanne au sacre

figure grandeur naturelle 172cm

chœur, chapelle nord (chapelle de Sainte-Jeanne d’Arc), sur l’autel

Statue composite en marbre jaune de Sienne, incrusté de motifs en lapis-lazuli ; armure en bronze argenté ; visage en ivoire ; socle en bronze.
Sur la tunique, un semis de fleurs de lys.

Statue réalisée par Prosper d’Epinay (1836-1914) en deux ans de travail et terminée en 1901 (études dès 1897). Elle a été exposée au Salon des Artistes français en 1902. 

Elle a été offerte au cardinal de Luçon, archevêque de Reims, par la famille Abelé qui en était propriétaire, et bénie lors du triduum solennel célébré en juillet 1909 à l’occasion de la béatification de Jeanne d’Arc.
Elle occupait jadis la place de la cathèdre d’où Jeanne d’Arc a assisté au sacre de CharlesVII.


Le projet d’Imi Knoebel est une composition abstraite dont l’essence repose sur les couleurs fondamentales, bleu, jaune et rouge, en aplats croisés et superposés. Il est la traduction, selon sa propre expression, de l’iconographie des vitraux anciens de la cathédrale « dans un nouveau langage abstrait ». Imi Knoebel ajoute : « Il convient de revenir au langage chromatique d’origine de la cathédrale et de produire une symbiose entre l’ancien et le nouveau. La couleur confère qualité, poids et équilibre. Elle n’est pas dotée uniquement d’une valeur chromatique mais aussi d’une luminance. » 
L’œuvre créée pour Notre-Dame de Reims, haut lieu de l’architecture gothique, reflète la grande tradition de l’art du vitrail en Champagne-Ardenne et poursuit l’invitation faite à de prestigieux artistes




Les Fêtes Henri IV d’Aÿ-Champagne 2018

Fêtes Henri IV

AY-CHAMPAGNE

Depuis plus de 20 ans, tous les deux ans, le premier week-end de Juillet, les Agéens remettent les clés de leur cité à leur bon roi Henri IV. Propriétaire d’un pressoir et fervent amateur des vins d’Aÿ, c’est dignement que les habitants de la commune lui rendent hommage ! A l’ambassadeur d’Espagne venu lui présenter ses lettres de créances et énumérant orgueilleusement tous ses titres nobiliaires, le Roi Henri IV, ironique, lui répondit tout simplement : « Et moi, je suis le Sire d’Aÿ et de Gonesse », C’est-à-dire, le seigneur du bon vin et du bon pain. Son médecin lui avait conseillé de boire du vin de Champagne, plus léger, plutôt que du vin de Bourgogne. Appréciant particulièrement ce médicament, Henri IV connaissait bien le produit de nos coteaux. Un heureux concours de circonstances, à la fin du 17ème siècle, révéla la mousse dans le vin. Par la qualité de son terroir, grâce aussi à l’astuce commerciale de ses bourgeois, Aÿ fit le renom de cette nouveauté qu’on appelait alors, non pas « Champagne » mais « Vin d’Aÿ ».
Pendant les fêtes Henri IV, partout dans Aÿ, des surprises à découvrir, des spécialités à déguster, une ambiance à saisir au cours d’un week-end de joie et de détente dans la grande tradition champenoise.
Musiques, spectacles, grande parade, artisanat, gastronomie sont au programme !


J’ai eu, pour la deuxième fois consécutive, le plaisir d’en être le photographe :)



Balade Art Déco…

Après avoir remporté le 2ème prix du concours des Vitrines de Reims avec une photo d’un tramway passant devant “l’immeuble Kodak”, rue de Vesle, je commence à entreprendre de plus amples recherches sur l’Art-Déco de la reconstruction de Reims. 

Copyright © All rights reserved.
Using Format